LA MAÇONNERIE À PIERRES SÈCHES DANS DES ÉCRITS DU XVIIe SIÈCLE

Dry stone masonry as reported in 17th-century writings

Christian Lassure

On peut lire ici et là, dans une littérature promotionnelle, que « l'art de construire en pierre sèche » est un savoir-faire ancestral empirique, qui s'est transmis oralement et ne connaît pas d'écrits. À preuve, son inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco le 28 novembre 2018, mesure obtenue par une association internationale réunissant des pays riverains du nord de la Méditerranée.

Pourtant, des écrits existent, qui ont contribué, à partir du XVIIe siècle, à la diffusion de l'art de la pierre sèche auprès d'un lectorat d'hommes de l'art ou d'amateurs et de curieux. Certes, ces ouvrages ne sont pas des manuels complets de maçonnerie sèche – il faut attendre la 2e moitié du XXe siècle pour en voir apparaître  – , mais ils recèlent  un chapitre, quelques pages ou quelques paragraphes sur la maçonnerie sans mortier, opposée à la maçonnerie avec mortier, dans la clôture ou dans le soutènement. Deux de ces ouvrages, témoins de l'intérêt manifesté pour le sujet, l'un à l'époque d'Henri IV, l'autre à celle de Louis XIV, ont attiré notre attention.

* * *

1 - Le Theatre d'Agriculture et Mesnage des champs (1600)


Exemplaire consultable sur Google Livres


Le premier ouvrage est Le Theatre d'Agriculture et Mesnage des champs de l'agronome protestant Olivier de Serres, publié par Jamet Metayer, Imprimeur ordinaire du Roy,  le 1er juillet 1600 (19 rééditions de 1600 à 1675).  Au chapitre XXX, « Les Cloisons des Jardinages & autres propriétés », l'auteur décrit les quatre grands moyens de clôturer une propriété : la haie vive, le fossé, « la muraille à chaux & sable » et « la muraille sèche ».  Si la muraille à mortier a toute sa faveur, il n'envisage toutefois l'emploi de la muraille sans mortier que dans les endroits où les pierres sont non pas « rondes et glissantes » mais « plates et mordantes », caractéristiques qui permettent une bonne liaison entre elles.

La Muraille à chaux & sable de bonne maçonnerie, de raisonnable hauteur, comme de neuf à dix pieds [291,6 à 324 cm], est la plus parfaite cloison, plus noble et plus serviable que nulle autre: d'autant qu'elle s'applique commodément par tout, quelle assiette que ce soit, platte ou pendante, seche ou humide ; qu'elle conserve en abri les arbres, fruits, & herbes des Jardins, n'aiant les vens, aucun passage à travers icelle. Demeurent aussi par la Muraille les jardins asseurés des larrons, couverts de la veuë des passans, selon que raisonnablement chacun le désire, pour seurement & secretement y sejourner, seul, en compagnie d'amis s'y promenans, devisans, banquetans, lisans, chantans, sans etre apperceus ne contrerolés [...].

On pourra espargner la chaux & le sable, faisant la muraille sèche, sans mortier, mais cela est  restreint és seuls endroits, où la pierre favorise l'œuvre, estant large, platte, mordante de grés attenante l'une à l'autre car la ronde et glissante est à cela mal propre : de laquelle estant constraint de bastir à sec, ne peut-on faire murailles que basses & encores fort large du fondement pour les faire tenir. Par ainsi s'ccupant la terre comme dessus, & s'y emploiant autant de pierres comme aux murailles à chaux & sable, primes & hautes, on peut voir qu'avec peu de despense davantage, la Muraille s'en fera du tout bien & à propos. Defaillans les commodités & de la pierre & du mortier, en plusieurs lieux se servent de l'argile & terre grasse, dont ingénieusement se font des Murailles, lesquelles enduites & crespies de bon mortier à chaux & sable, ainsi blanchies, ressemblent estre de bonne maçonnerie.

2 - Traité de la construction des chemins (1693)


Description et facsimilé du livre sur le site de la bibliothèque numérique patrimoniale des universités toulousaines aux adresses https://tolosana.univ-toulouse.fr/fr/notice/075578786 (description)
et https://documents.univ-toulouse.fr/150NDG/PPN075578786.pdf (facsimilé)


Il faut attendre près d'un siècle pour qu'un deuxième ouvrage consacre quelques pages à la maçonnerie à pierre sèche : en 1693, paraît à Toulouse, sous la plume d'Henri Gautier, « ingénieur et inspecteur des grands chemins, ponts et chaussées du Royaume », un  Nous reproduisons ce développement ci-après, en gardant l'orthographe de l'époque. Ce qu'il dit des soutènements de chemins est transposable aux soutènements de terrasses agricoles.

On note que l'auteur privilégie la maçonnerie sèche dans le soutènement car elle a l'avantage de laisser passer l'eau de pluie à travers ses joints, contrairement à la maçonnerie à mortier, laquelle ne peut compter que sur des barbacanes pour évacuer l'eau. En quelques lignes saisissantes, il décrit la rupture et  l'entraînement inexorables du mur en aval sous la poussée de la terre gorgée d'eau en amont.

La planche 11 et ses figures (pour les légendes, voir infra)

Du Chemin qui côtoye une rampe, ou pente de Montagne

1. Du chāgement de figure du chemin suivant la diferēce des lieux

Les Rampes (1) des Montagnes ne sont pas toûjours en droite ligne pour y pouvoir tracer également un même ouvrage, propre à soûtenir une route qu'on y veut projetter. Le chemin dans ces lieux est bordé pour l'ordinaire du côté du bas de la rampe par un mur de soûtenement. Tantôt suivant la disposïtion du terrain, on se contente de faire toute la tranchée dans le solide de la montagne, tantôt traversant des rochers, on établit de l'un à l'autre des décharges (2) & des cintres (3) surbaissés pour supporter les murs de soûtenement. Par le trop grand escarpement des lieux, on y pratique des charpentes propres à soutenir la route, tantôt ne pouvant pas y établir une route ni par un mur de soûtenement, ni par aucune charpente, on perce le rocher qu'on rencontre. Enfin, ne pouvant pas se servir d'aucun de ces moyens, on est obligé de pousser la route dans le fonds, & bas des lieux inaccessibles, qui sont trés-souvent des rivieres, &c. De toutes ces manieres différentes de chemins, nous allons traiter dans la suite.

(1) rampe : pente.
(2) décharge : dispositif destiné à soulager quelque partie d'un édifice du poids qui est au-dessus.
(3)
cintre : arc de déchage en demi-cercle.

2. Murs de soûtenement à chaux & à sable pour soutenir un chemin sur la pēte d'une montagne.

Les murs de soûtenement qu'on fait pour supporter une voye sur la rampe d'une montagne, sont faits
quelquefois à chaux & à sable, & quelquefois à pierre seche. Ceux qui sont faits à chaux & à sable ne sont pas toûjours les meilleurs contre-forts & arcboutans, pour soûtenir tout l'effort, & toute la pesanteur de la route, car le mortier qui ferme le joint des pierres empêche les eaux de se filtrer au travers des terres qui les retiennent comme une éponge. Ces eaux dans le tems des pluyes qui descendent de la rampe de la montagne, dont une partie traverse la route, & l'autre s'imbibe dans son terrain, ramolissent le fondement des murs, désunissent le mortier des joints entre les pierres, sourcillent
(4) enfin, & entraînent par là les murs par l'effort des terres qui sont derriere. Quelque précaution qu'on prenne à pratiquer des égoûts (5), barbacanes (6), ventouses (7), ou chantepleures (8) pour l'écoulement des eaux, si l'endroit de la montagne est mal situé, & qu'il s'y rencontre des sources, toutes ces précautions seront mal propres pour donner à la route une parfaite solidité. Pour lors un mur de soûtenement fait avec la simple pierre séche, sans aucune terre entre les joints, est à préférer à une bonne maçonnerie, parce qu'au travers des joints des pierres les eaux s'échappent, après s'être filtrées dans les terres du chemin. La route est ainsi plûtôt desséchée, & par conséquent plûtôt affermie pour la commodité des passans aprés un tems de pluye.

(4) sourciller : jaillir à la surface du sol en petites sources.
(5) égoût : installation ou conduit servant à l'écoulement d'un liquide.
(6) barbacane :  ouverture étroite dans un mur de soutènement pour faciliter l'écoulement des eaux (cf. chantepleure).
(7) ventouse : ouverture faite dans un mur de clôture pour permettre l'écoulement de l'eau.
(8) chantepleure : fente verticale pratiquée dans un mur pour l'écoulement des eaux (cf barbacane).

Les Murs de soûtenement faits avec pierre, chaux & sable, peuvent être pratiqués sur le roc, & dans les lieux les plus secs de la rampe de la montagne, où difficilement pourroit-on pratiquer un mur de soûtenement à pierre séche, capable à soûtenir un grand remblay de terre pour la largeur d'une route. Et ainsi ayant une fois distingué les lieux les plus propres à faire plutôt un ouvrage, qu'un autre, il sera aisé de construire avec solidité la route.

3. Du mur de soûtenement avec pierre seche.

Le Mur de soûtenement fait avec pierre seche, doit être assis en bon fonds, observant de luy donner une pente de quelques pouces [1 pouce = 2, 7 cm] du côté du haut de la montagne, afin qu'il soit parfaitement bien assis dans son sol. Ensuite on l'élevera à plomb (9) du côté des terres, ou du remblay, & en dehors on luy  donnera du talus (10) un cinquième de hauteur. La largeur par le haut doit estre pour le moins de deux pieds [64, 8 cm], élevé & couronné de pierres plates, couchées de camp (11), pour le moins sur les deux tiers de la largeur du mur par le haut. L'arrangement des pierres doit être tel, que dans le fondement on établira les plus grosses, & les plattes ; à son parement les longues, & qui forment des espèces de bouttisses ; dans le corps du mur les plus petites, & le derrière du mur doit estre garni de moyennes ; le tout avec une certaine liaison (12), que de temps en temps il y ait de longues qui lient le mur d'un parement à l'autre sur sa largeur, si faire se peut, sans qu'aucune terre, mousse, gason, bois, &c. soit employé à la construction. Les terres seront ensuite rangées derrière avec la pelle, qu'on fera descendre du haut de la montagne, & les pierres qu'on trouvera parmi les déblais seront couchées de plat, & tout aupré derrière les murs. Le remblay des terres se doit faire jusques à la hauteur des murs de soutenement, dont le couronnement doit estre couvert à quelques pouces de haut, de gason, herbes, mousse, & de tout ce qui peut se lier aisément pour faire corps, & n'être pas facilement emporté par les eaux des pluyes dans un commencement. L'aire de la voye doit avoir une pente presque insensible du côté du bas de la montagne pour l'écoulement des eaux lorsqu'il viendra à pleuvoir.

(9) à plomb : à la verticale.
(10) talus : inclinaison que l'on donne à un terrain ou à la surface verticale d'un mur ».
(11) de camp (= de champ = de chant) : posé sur sa face la moins large, en parlant d'un objet parallélépipédique.
(12) liaison : état d’une maçonnerie dont les pierres se recouvrent suffisamment d’une assise sur l’autre.

La figure 10 . planche 2 . fait voir le profil d'une route sur la pente d'une montagne, avec un mur de soûtenement.

EXPLICATION de la Figure dixiéme, planche seconde.

ABCD. Rampe, ou pente de la montagne.
CE. Sol, ou assiette du mur dans son fondement, qui doit avoir quelques pouces de pente de C. en E.
EF. Derriere du mur de soutenement.
GC. Talus du mur de soutenement.
G.F. Largeur du mur à son couronnement clavé
(13) de pierres couchées de camp. G.
A.B. Partie du terrain de la Montagne pour ramasser les eaux qui en descendent afin de les porter à un cassix
(14), ou à un Pont sans traverser ailleurs le chemin.

(13) couronnement clavé : rang terminal de pierres posées de chant (sur la tranche) à la façon de clés d'arc.
(14) cassix = cassis : rigole pavée ou pente pratiquée en travers d'une route pour faciliter l'écoulement des eaux.

4. Des Chantepleures, & Barbacanes pratiquées dans le mur de soûtenement.

Le Mur de soûtenement fait avec bonne maçonnerie, doit être assis en bon fonds comme celui qui est fait à pierres sèches. Les Egouts & Chantepleures qu'on y pratiquera seront ouverts de 3. à 4. pouces en quarré, & au derriere des Murs seront couverts, & comblés de pierres, contre lesquelles, & sur lesquelles on rangera les terres, afin que les eaux le filtrent au travers de ces pierres, cailloüages (15) & gravier, le réünissant plus aisémēt au jour de la Barbacane pour sortir plus facilement. Dans les endroits où l'on trouve du roc, & où le mur de maçonnerie ne sçauroit avoir prise, on pratique dans le roc, au pié du mur des entailles, ou ressauts de niveau, sur lesquels on établit la maçonerie.

(15) cailloüage = cailloutage : lit de cailloux.

La Figure 11. Planche 2. fait voir un mur assis sur le roc escarpé, avec une Barbacane garnie sur son derriere de son égoût, & comblement de pierres.

EXPLICATION de la Figure 11. Planche 2.

A.B.C.D. Rampe de la Montagne sur un roc.
B.C. Rampe du roc, sur laquelle on a pratiqué des ressauts pour y asseoir le mur.
G.F.C. Barbacane, ou chantepleure garnie sur son dernier  d'un égout, ou comblement de pierres C.E. pour réünir les eaux qui se filtrent dans le terrain C.E.D.

5. Arbres, & hayes vives pour border un chemin.

Il n'est pas toûjours nécessaire de soûtenir le chemin sur la rampe d'une montagne par des murs. Quelquefois le terrain de la montagne de luy même, est si aisé, qu'on peut facilement se passer d'un mur de soûtenement, en supposant dās le terrain de la montagne toute la largeur de la voye. Il est vrai que les pluyes éboulent les bords de ces sortes de routes, mais comme pour l'ordinaire, on les fait plus larges dans ces lieux, & que le terrain de la montagne n'y est pas ordinairement rapide, on ne craint guiéres pour l'avenir. Une haye vive, & des arbres plantéz à l'endroit du mur de soûtenement, conviendroient beaucoup aux passants, & rendoient toûjours la voye plus solide par leurs racines.

La Figure 12, Planche 2, fait voir un profil de cette sorte de route.

EXPLICATION de la Figure 12. Planche 2.

A.C.B. Rampe de la montagne.
C.D.B. Tranchée de terre dans la rampe qui sert à garnir l'espace C.E.A. où l'on peut planter des arbres, & qui forme l'aire de la route E.C.D.

6. chemin contre le roc sur un lieu inaccessible soûtenu par un mur à cintres.

A la rencontre des rochers escarpés, on y pratique des ressauts, comme nous avons dit pour asseoir dessus la maçonnerie. Quelquefois la difficulté des lieux, ne demande pas qu'on agisse ainsi.  Car les rochers se peuvent trouver si escarpéz en de certains endroits, qu'il ne faut pas penser à y placer de la maçonerie. Pour si impraticables que soient les lieux, ils ne les font pas toûjours si fort, qu'on n'y puisse établir des décharges, ou ceintres, qui portant d'un roc à l'autre, donnent le moyen d'y établir un mur de soûtenement. Les décharges sont tantôt égales, & tantôt inégales, comme la disposition du roc, sur lequel elles sont établies le peut permettre.

La Figure 13. Planche 2. montre leur figure, & leur disposition.

EXPLICATION de la Figure 13. Planche 2.

A.B.C. Sont de pointes de rocher, émoussées avec la mine (16), ou avec le marteau tétu (17) pour faire place au fondement des ceintres, sur lesquels le mur de soûtenement est porté.
C.D. Hauteur du mur de soûtenement.
D.E. Largeur de la voye.
C.E.F. Rampe du roc de la Montagne.


(16) mine = barre à mine : barre en fer servant à creuser des trous dans la roche pour y placer des mines.
(17) marteau tétu : marteau de maçon à un bout en forme de pic et à l'autre bout en forme de V aux deux arêtes vives.

Henri Gautier a déployé dans son exposé tout un vocabulaire spécialisé que l'on retrouvera par la suite dans la littérature relative aux murs de soutènement, agricoles ou autres, et dans celle de la maçonnerie à pierres sèches :
- fondement des murs (assiette du mur ; ressauts … pour asseoir dessus la maçonnerie),
- corps du mur (on lui donnera du talus ; décharge ; cintre ; contrefort ; arc-boutant),
- mortier (fait avec pierre, chaux et sable ; fait à chaux et à sable ; fait à pierre sèche),
- joints (mortier des joints entre les pierres ; sans aucune terre entre les joints),
- couronnement (de pierres plates ; couvert de gason, herbes, mousses ; clavé de pierres couchées de camp),
- évacuation de l'eau (barbacane ; chantepleure ; égout ; ventouse),
- en arrière du mur de soutènement (comblement de pierres ; cailloutage ; gravier ; remblai de terre),
- outils (mine ; marteau têtu ; on l’élève à plomb),
- arrangement des pierres (couchées de champ ; couchées de plat ; des espèces de boutisses ; avec une certaine liaison ; lient le mur d’un parement à l’autre).

* * *

L'examen des traités agronomiques ou architecturaux publiés aux XVIIIe et XIXe siècles devrait fournir d'autres preuves et témoignages de l'existence d'une tradition écrite sur la maçonnerie à pierres sèches et ses emplois dans divers domaines (voirie en région montagneuse, création de champs, soutènement de terrasses de culture, clôture, petits bâtiments agricoles, retenues, etc.). On peut espérer ne plus avoir à entendre ce discours abracadabrant d'une tradition « ancestrale », privée d'écrits et seulement transmise oralement.


Sur pierreseche.com : Manuel des constructions rurales (1854)


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© Christian Lassure
18 mai 2022 / May 18th, 2022

Référence à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
La maçonnerie à pierres sèches dans des écrits du XVIIe siècle (Dry stone masonry as reported in 17th-century writings)
http://pierreseche.chez-alice.fr/traite_construction_chemins.htm
18 mai 2022

page d'accueil