EMPRUNTS ET ENTOURLOUPES

FILCHINGS AND HOAXES


Comment une ancienne cabane de cantonnier de Haute-Corse devient, par la magie de l'Internet, un « orri » andorran

Il y a deux ou trois ans, quelle n'avait pas été notre surprise de voir, récupérée par les créateurs d'un site andorran de randonnées en montagne du nom d'Aster Alpinus (1), le dessin que nous avions fait d'une cabane de cantonnier observée naguère en Corse (2) par notre regretté ami Georges Desneiges.

Transformée en vignette baptisée orri.jpg, le dessin servait de cul-de-lampe pour ainsi dire à un petit développement intitulé Els orris qui récapitulait tout le florilège habituel sur les abris en pierre sèche :
Aquest aixoplucs de pedra seca, construits al llar dels segles pels pastors, que sovint hi vivien durant l'estiu, són molt nombrosos al Pireneu. De formes variades, amb o sense sostre abovedat; de vegades, gairebé enterrats completament; alguns, d'una arquitectura sorprenant.
S'han de conservar, tan per la seva originalitat i testimoniatge de temps passats, com per la seva utilitat en cas de mal temps...
(Traduction : Ces abris de pierre sèche, construits au fil des siècles par les bergers, qui souvent y séjournent l'été, sont très nombreux dans les Pyrénées. De formes variées, avec ou sans couvrement voûté; parfois presque complètement enterrés; certains, d'une architecture surprenante. Il faut les préserver, tant pour leur originalité et en témoignage des temps passés que pour leur utilité en cas de mauvais temps...).

L'exploitation d'un dessin sans indication du nom de l'auteur, jointe à la supercherie d'une cabane corse présentée comme étant une cabane pyrénenne, à laquelle on attribue de façon erronée le nom d'« orri » (2), témoignent d'une légèreté intellectuelle et d'un manque de discernement sidérants !

Cabane de cantonnier à Bocca di Vezzo dans le Désert des Agriates (Haute-Corse) : son linteau porte le millésime 1866 précédé des initiales r.c (dessin Christian Lassure).

A la date du 22 septembre 2008, le site a subi un ravalement de façade mais le dessin et le commentaire sont toujours là (3).

(1) http://www.lapleta.org/Aster Alpinus/curiositats.html
(2) Cabane de cantonnier au col de Vezzo dans le désert des Agriates
(3) http://www.lapleta.org/curios.htm

Comment nos photos des « cabanes » des Savournins Bas se muent en « bories » du « village des bories »

Le hasard de nos recherches, Google aidant, nous a conduit sur une « page personnelle » (1) consacrée à l'éloge du Luberon et de ses richesses naturelles et architecturales ou, comme l'on dit aujourd'hui, écologiques et patrimoniales. Nous nous attendions à trouver quelques phrases bien senties sur les « bories », cette spécialité qui est à Gordes ce que le savon est à Marseille et le pruneau à Agen. Notre attente ne fut pas déçue : une dizaine de photos et un petit laius sur le « village des bories ». Seulement, parmi ces photos, deux étaient empruntées à des pages que nous avions publiées sur le site www.pierreseche.com, et curieusement aucune mention de leur origine n'apparaissait nulle part.

 

Ce groupe comporte, distribuées d’ouest en est autour d’une courette et s’appuyant l'une sur l'autre, une habitation-magnanerie, une étable-bergerie et une resserre (photo Christian Lassure).

Il faut croire qu'un amour immodéré pour le Luberon peut conduire sa victime à s'asseoir sur les règles de bonne conduite que sont censés respecter les auteurs. Quoi qu'il en soit, nous ne lui en tenons pas rigueur et lui accordons, à titre rétrospectif, l'autorisation de reproduire ces deux photos. Bien plus, s'il lui prenait l'envie de plagier nos textes, nous n'y verrions aucun inconvénient car, à en juger par ses commentaires, il a beaucoup de progrès à faire : «  Ces bories sont entourées de mystères dans la mesure où personne ne sait aujourd'hui pourquoi un village a été construit aussi prés (sic) de Gordes ». Et encore : « Leur longévité paraît exceptionnelle quand on sait qu'aucun ciment ou mortier n'assure la cohésion de l'ensemble et qu'aucune charpente n'est présente ». Pourtant, il suffit de consulter le cadastre ancien et le cadastre moderne pour voir qu'il y avait là non pas un village mais un quartier éloigné de Gordes, les Savournins. De même, il suffit de lire le récit de la restauration des cabanes pour comprendre qu'elles étaient en ruines au début des années 1970 et que la sauvegarde de certaines d'entre elles doit beaucoup non pas au ciment mais au béton consolidateur.

(1) http://jerome.rattat.free.fr/page_luberon.htm

De l'insertion à l'extraction, il n'y a qu'un... blogue

Commencé en juillet 2007, le blogue des « Brigades vertes sur le grand site de Solutré Vergisson  » (1) retrace les activités des membres d'un chantier d'insertion sur les communes de Solutré-Pouilly et de Vergisson dans le département de Saône-et-Loire. Ces activités alternent « rénovation et entretien du patrimoine rural » et « découverte de la région et de son passé ». La matière de la chronique est formée essentiellement d'emprunts textuels et photographiques à d'autres sites consultables sur le Net, un de ces sites n'étant autre que celui du CERAV, pierreseche.com.

Nous avons donc retrouvé, à notre grande surprise (mêlée d'un certain amusement)
- sous le titre « La mode de la pierre sèche »,  une version tronquée, sans les notes, de notre texte publié le 30 août 2005 : « Une huile de serpent miraculeuse », avec notre nom figurant en bas de l'article;
- sous le titre  « Un peu de géologie » , mais sans indication du nom de l'auteur, une partie de notre texte, publié le 21 avril 2002 : « Géologie et cabanes en pierres sèches »;
- sous le titre « Murs en pierre sèche à Solutré », la définition que nous donnons de la « maçonnerie à pierres sèches » dans « La maçonnerie à pierres sèches : vocabulaire », définition laissée sans indication de paternité mais assortie de photos d'un petit mur de soutènement bordant un chemin de terre, monté par les stagiaires sous la houlette d'un formateur;
- sous le titre « Cadole et murger - Lieudit La Combe à Mancey (Saône-et-Loire) », les photos, sans les légendes, d'une monographie que nous avons consacrée à une cadole en pierre sèche;
- un lien pointant vers la page de sommaire de pierreseche.com dévolue aux questions de maçonnerie.
Si nous n'avons rien à redire à la présence de ce dernier lien (bien au contraire), nous ne pouvons nous empêcher de trouver anormal d'une part de ne pas avoir reçu de demande d'autorisation de reproduire les passages en question, d'autre part de voir les emprunts tronqués et mal référencés. Il n'est pourtant pas sorcier de prendre sa plume pour contacter un auteur dans l'adresse électronique est facile à trouver (et qui aurait volontiers donné son aval à la reproduction de ses textes selon les modalités d'usage).

(1) Adresse : http://equipesmgs.canalblog.com/archives/2008/02/p10-0.html


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© Christian Lassure

16 octobre 2008 / October 16th, 2008

Les références du présent article seront citées comme suit :
Christian Lassure, Emprunts et entourloupes / Filchings and hoaxes
http://pierreseche.chez-alice/fr/emprunts, 16 octobre 2008.

page d'accueil