"MEILLEURS VŒUX ET PROSPÉRITÉ
AU CENTRE D'ÉTUDES"

Les cartes de vœux d'Henri Teyssier

"SEASON'S GREETINGS AND PROSPERITY
TO THE CENTRE D'ETUDES"

Henri Teyssier's greeting cards

Tout au cours de son existence, le CERAV a fait l'objet de manifestations de sympathie de la part de diverses personnes passionnées par les constructions en pierres sèches.

L'une d'elles est Henri Teyssier qui, dans les années 1980 et 1990, nous envoyait régulièrement ses vœux depuis le Périgord sous la forme d'une carte postale ou d'une photo personnelle figurant une cabane en pierre sèche de cette région. Certaines photos étaient même accompagnées d'un commentaire bien tourné et bien senti.

On trouvera ci-dessous quelques-unes de ces photos de "chabanos" ou "chabanes".

Nous les avons assorties d'un petit descriptif faisant ressortir les caractéristiques morphologiques et architecturales des édifices.

Le lieu dit a été omis pour éviter aux édifices des visites mal intentionnées.

   

Auriac-du-Périgord

Cabane de plan circulaire, au couvrement campaniforme débordant largement en rive (pas de coyau toutefois).

Les montants de l'entrée sont en petites dalles et pierres plates.

Le linteau est une grande dalle aux extrémités effilées.

Une augette, trouvée à l'intérieur, a été placée devant l'entrée, à droite.

Commentaire de M. Henri Teyssier

Cette cabane ronde est figurée curieusement par un petit carré sur le plan cadastral.

Ce petit carré, en tous points identique, apparaît déjà au cadastre de 1813 avec, tout à côté, une maisonnette, aujourd'hui en ruine depuis près d'un siècle.

A l'intérieur, on a trouvé un petit bac de pierre (auge ?) (voir photo, à droite de l'entrée).

 
   

Saint-Amand-de-Coly

Cabane formée d'un cylindre à fruit surmonté d'un  cône rectiligne à la rive débordante. La dalle faîtière devait supporter à l'origine un épi en pierre.

L'entrée a ses jambages en pierres de taille et une poutre en bois comme linteau; ses côtés présentent une feuillure.

La maçonnerie est non pas sèche mais liée; les joints sont très largement beurrés d'un mortier roussâtre.

L'édifice est un très classique poulailler.

   

Emplacement non précisé

Cabane obéissant au même modèle morphologique et architectural que la précédente mais dont la rectilinéarité est un peu moins marquée.

Les montants de l'entrée sont en gros blocs aux faces visibles parementées.

Le linteau est en bois.

Le couvrement est coiffé par une grande dalle sommitale qui a peut-être porté un épi en pierre.

   

Aubas

La morphologie de l'édifice est celle d'un cylindre à fruit pour le corps de base, et d'un cône rectiligne pour le couvrement.

L'entrée, surdimensionnée, a pour jambages une alternance de boutisses et de parpaignes et pour linteau une grosse poutre en bois scié.

La quille en pierre tranche avec la rectilinéarité et la sécheresse du reste.

Les rives des lauses de la toiture semblent avoir été badigeonnées à l'huile de vidange (recherche de la sacro-sainte patine oblige...).

Commentaire de M. Henri Teyssier

Resserre à bois construite en 1985 (env.) sur le modèle d'une cabane de Leymarie à Saint-Amand-de-Coly, par Guy Almin (1929-1992) et son fils Jean-Marie, maçons à Chapelle-Aubareil.

"Lou pouchou" (épi de faîte) est la griffe du constructeur (dixit).

Remarque : il a suffi de quelques années aux tuiles de pierre (calcaire) pour revêtir leur patine perpétuelle.

 
   

Saint-Amand-de-Coly

Cabane au corps de base cylindrique et au couvrement conique arrondi au sommet et incurvé en rive.

Les jambages de l'entrée sont en pierres de taille, avec feuillure pour la porte. Le linteau est un très gros bloc.

La couverture de lauses se termine par un saladier en céramique vernissée dans lequel est posé un épi conique en pierre ! La bordure foncée sur le pourtour du plat correspond à de la glaçure.

Le contraste entre la patine naturelle des lauses de cette cabane avec la teinte goudronnesque de l'édifice précédent, se passe de commentaire...

Commentaire de M. Henri Teyssier

Peut-être centenaire (qui bien "lause", pour 100 ans pose"), le parement externe du toit a été refait en 1993.

Citée (acte vente 1911, Me Gardette, Montignac) "cabane (a) ou volière" (b).

(a) de nom elle n'en avait pas,
et de toute façon ne savait pas,
ni l'homme du terroir, illettré, son maître,
ni l'homme de loi, en la matière passé maître,
que, au nom de St Pierre (Sèche) et du Tourisme,
elle serait proclamée "borie", par Erudisme.

(b) mais elle avait une fonction bien déterminée.

 
   

Sergeac

L'édifice ressortit du type à corps de base cylindrique à fruit et à couvrement plus ou moins campaniforme débordant en rive.

Les lauses sont très dégradées.

Les grandes dalles formant les montants de l'entrée ne présentent pas une alternance régulière de boutisses et de parpaignes. Le linteau est une grande dalle plate, juste sous la rive.

Le reste de la maçonnerie est en lauses fines.

Sur le faîte de la toiture, il semble y avoir un grand saladier en céramique dans lequel est posé un épi !

 

Commentaire de M. Henri Teyssier

Ensemble très rustique avec porte verrouillable, aussi, de l'extérieur.

Diam. intérieur : 1,8 m, haut. intérieure : 2,5 m, haut. linteau : 1,5 m.

2 niches.

 

Sergeac (suite)

La porte d'entrée est formée de cinq grands panneaux cloutés.

Deux pierres en saillie dans le tableau du côté droit, servent de butoir, empêchant l'ouverture de la porte vers l'extérieur.

Commentaire de M. Henri Teyssier

Détail de la serrure avec clef-"virgule", manœuvre du verrou de l'extérieur; toujours disponible bien que cachée (les habitués savent où).

Remarquer, un peu au-dessus du verrou, une pierre en saillie servant de "feuillure" (partielle).

 
   

Emplacement non précisé

Cabane au corps de base en forme de cylindre à fruit et au couvrement non pas rectiligne mais en forme de cloche du fait de la présence d'un coyau.

La pierre faîtière, une grosse dalle calcaire, ne soutient plus d'épi (si tant est qu'elle en ait soutenu un).

Les montants  de l'entrée sont formés de dalles, à l'exception d'une pierre de taille à mi-hauteur du montant de gauche. Cette pierre, qui a son parement en saillie par rapport au nu du côté intérieur de l'entrée, comporte une feuillure où venait buter la porte d'entrée.

Une traverse en bois fait office de linteau.

   

Emplacement non précisé

Le verso de la carte comporte cette seule indication :
24169 DP
IMAGES DU PERIGORD
Cabane

Si tant est qu'on puisse qualifier cette grande bâtisse de "cabane", il convient de parler ici de "cabane en pierre" et non de "cabane en pierre sèche" car le corps de base est en maçonnerie liée au mortier et enduite et l'encadrement de l'entrée en belles pierres de taille.

La couverture de lauses est campaniforme et se trouve couronnée par une pierre sculptée difficile à identifier. Est-ce un tuyau de cheminée que l'on aperçoit à la gauche de l'épi ?

Le ciel de nuages bleus doit certainement beaucoup à l'intervention humaine...

Quant à la mention "Dordogne - Périgord", elle vise sans doute à satisfaire tant les partisans de la République créatrice des départements que ceux de l'Ancien Régime et de ses provinces.

Commentaire de M. Henri Teyssier

Cette année-là, M. Teyssier nous a gratifié d'une carte postale et non d'une photo personnelle. La raison, il nous la donne au dos : "Je n'ai pas eu la chance de la rencontrer, bien que j'en connaisse probablement près de 500 !"

Et de tourner ses vœux de saison en un petit poème :

Vœux et Souhaits les meilleurs pour ce nouvel an,
que la santé soit bonne ou retrouv 'élan,
qu'à jamais vous éparge la Précarité,
et ne soit pas vain le mot Solidarité.

 
   

La Chapelle-Anbareil

Cabane circulaire, surmontée d'une toiture conique à rive saillante.

L'encadrement de l'entrée est réalisé en pierres de taille de récupération. Le bloc de remploi choisi pour servir de linteau n'étant pas assez long, le constructeur a disposé à la façon de corbeaux (par rapport au tableau de l'entrée) les blocs terminant les pîédroits.

Intérieurement, le couvrement est doublé d'une charpente, ce qui est tout à fait exceptionnel.

 

Comme le souligne M. Teyssier, « tout a été mis en œuvre, bien qu'avec les méthodes les plus simples, pour assurer une longue vie à l'édifice ».

 
   

Archignac

Grande cabane en forme de cylindre surmonté par une toiture conique à rive débordante.

La paroi extérieure de la partie cylindrique a reçu un enduit au mortier de teinte jaunâtre, sans doute par souci d'isolation de l'intérieur.

L'entrée, de bonne largeur, est couverte par un linteau en bois. Elles est fermée par une porte en bois à serrure. Il ne serait pas surprenant que cette cabane ait été une bergerie pour un troupeau d'une quinzaine de têtes.

La toiture de lauses au-dessus de l'entrée, est recouverte d'un large tapis de mousse dont l'origine est à attribuer au feuillage et à l'ombre du gros chêne qui a poussé trop près de l'édifice. Sous la mousse, les lauses pourrissent lentement et s'écaillent.

 

Commentaire de M. Henri Teyssier

Alors qu'en moyenne pour ce gendre d'édifice on a 2 m de diamètre et 2,90 m de hauteur sous voûte, ici le diamètre intérieur atteint 4,20 m et la hauteur intérieure 5,90 m, ce qui en fait un volume de parois de 49 m 3 (dont 29 pour le toit) et, en tablant sur une densité d'environ 2,50 m et des vides de l'ordre de 20%, une quantité de pierres de près de 100 tonnes !

 
   

Un grand merci à Henri Teyssier et que tous nos vœux l'accompagnent !

page d'accueil

© Christian Lassure

Le 31 mai 2006 / May 31st, 2006  - Complété le 25 décembre 2007 - 24 novembre 2009 / Augmented on December 25th, 2007 - November 24th, 2009