© François Poujardieu

CABANE DE GÉNÉRILLE
À CASTELNAUD-LA-CHAPELLE (DORDOGNE)

Texte de Christian Lassure,
photo de François Poujardieu

Voilà une cabane bien conservée et qui sert encore. Sa toiture de lauses, en forme de cône rectiligne, n'a pas été enlevée. Elle déborde en larmier au-dessus du cylindre de base. Elle est en lauses calcaires du Santonien, un matériau rugueux, peu gélif, et qui ne glisse pas. Les assises ne sont pas très marquées mais leur agencement est très soigné. On remarque la présence d'une minuscule lucarne, en forme de chien assis, dans le tiers supérieur du cône.

L'entrée, orientée au sud-est, a ses jambages formés de gros blocs parementés, appareillés grossièrement en besace. Le jambage de droite comporte deux pierres légèrement en saillie pour la butée de la porte en bois. Une épaisse dalle calcaire sert de linteau.

L'intérieur de la cabane est vaste, avec une hauteur de voûte de 6 m. A l'amorce de la voûte encorbelée, un plancher sur solives est encore en place.

Un anneau en fer, fiché dans une pierre à droite de l'embrasure extérieure de l'entrée, servait à attacher une bête de somme.

Un chenal récent en zinc recueille l'eau s'égouttant du larmier et la conduit dans une cuve maçonnée, tout aussi récente.

Sources :
- Documents fournis à l'auteur par François Poujardieu;
- François Poujardieu, Les cabanes en pierre sèche du Périgord, Editions du Roc de Bourzac, Bayac, 2002, 107 p.;
- René Dechère, Les huttes du Périgord - de la Préhistoire à nos jours, l'auteur, Saint-Cyprien, 1981, 88 p.

 

version anglaise          page d'accueil

© Christian Lassure

Le 11 août 2005 / August 11th, 2005