CABANE DE MARIOT
À DAGLAN (DORDOGNE)

Texte de Christian Lassure,
photo de François Poujardieu

Si cette cabane a l'air quelque peu hérissée, c'est que sa couverture de lauses a été retirée au-dessus du coyau, laissant apparaître à l'air libre l'extrados de la voûte.

Elle se dresse dans un enclos comportant une aire de battage (en patois lou chol, c'est-à-dire "le sol"), qui fait 10,50 m sur 12,50 m de superficie et tire parti d'une vaste strate rocheuse naturelle. On a affaire ici à ce qu'on peut appeler "la cabane de l'aire", grenier et écurie temporaires associés à une aire de battage.

L'entrée, large et basse (hauteur : 1,30 m), a ses angles faits de grandes dalles disposées en besace sous un linteau en bois. Elle est orientée au nord car la bâtisse servait à abriter la mule des mouches de l'été.

Le diamètre intérieur est de 4,80 m, la hauteur sous voûte de 5,25 m et l'épaisseur des murs de 1 m. Un plancher sur solives servait à l'engrangement.

De chaque côté de l'embrasure extérieure de l'entrée, un anneau servait à attacher une bête de somme. Un troisième anneau remplissait le même office à l'intérieur. Ils étaient utilisés selon le temps qu'il faisait.

Sources :
- Documents fournis à l'auteur par François Poujardieu;
- François Poujardieu, Les cabanes en pierre sèche du Périgord, Editions du Roc de Bourzac, Bayac, 2002, 107 p.;
- René Dechère, Les huttes du Périgord - de la Préhistoire à nos jours, l'auteur, Saint-Cyprien, 1981, 88 p.

 

version anglaise          page d'accueil

© Christian Lassure

Le 3 août 2005 / August 3rd, 2005